rencontres dans le village

Un étonnant personnage
Ce mercredi 26 avril, l’hiver effectuait un fort déplaisant retour : froid, giboulée et neige, sévissaient sur notre contrée. Vers la fin de l’après-midi, un drôle de bonhomme traversa le village, chargé d’un lourd sac à dos, transi, trempé, fatigué. Il frappa à notre porte et sollicita un endroit pour passer la nuit et se reposer. Nous lui proposâmes une chambre, un lit, un diner prêt de la cuisinière et le petit déjeuner susceptible de l’aider à reprendre sa route du lendemain.
Sa conversation nous enchanta !

Le jeune homme se trouvait dans sa sixième année en FAC de médecine à Caen. Il se destinait à une spécialité de pédopsychiatrie sur dix années d’études.

Il avait brusquement ressenti le besoin de vivre une année sabbatique, afin de marquer une pause avant de reprendre le chemin de la FAC en septembre prochain. Cette année de réflexion, il a souhaité la consacrer à une sorte de projet initiatique autour des chemins de Saint-Jacques de Compostelle et de Saint-Martin. Depuis toujours, il souhaitait découvrir le monde avec ses paysages, ses gens et ses cultures.
En 2016, à pied et le sac au dos, il a effectué, en trois mois, le parcours de Nantes à Sagres, au sud du Portugal. Il nous avoua qu’à l’issue de cette marche il lui apparut cette évidence : « rêver et réaliser ses rêves c’est ce qui nous fait avancer, grandir et même vivre ».
Il effectua quelque temps un peu de tourisme, par autocar cette fois. Il se rendit en Belgique, en Hongrie et en Toscane.
En février dernier, Il rejoignit enfin Rome d’où il entama son deuxième périple pédestre qui devait le ramener à Caen. Il traversa les rivieras italienne et française et atteignit Arles. Il longea ensuite le Rhône jusqu’à Vienne, se rendit au Puy en Velay et Lyon, puis il obliqua vers l’ouest. Il traversa Feurs, Roanne, Vichy, Bellenave et Beaune où nous le retrouvons le 26 avril. Son itinéraire le conduira ensuite à Montluçon, Tours, le Mont Saint-Michel et enfin Caen son lieu de résidence.
Nous garderons de ce garçon un inoubliable souvenir. Il s’appelle Rémi Chedeville.
Avant de repartir, ce 27 avril au matin, il nous confia qu’il effectuait ces randonnées de l’extrême pour une cause destinée aux enfants malades et soutenue par l’association « petits princes »

Nous trouvons ce lien internet  : « 2500km pour un rêve d’enfant »  sur Facebook.